Avec Danielle Tartakowsky, mardi 11 février, au Lieu-Dit.

On croit souvent que la rue appartient d’abord à la gauche. C’est une illusion.

Depuis les grands rassemblements catholiques (« manifestations-processions ») contre le Cartel des gauches en 1924-1925 jusqu’aux manifestations contre le mariage pour tous, en passant par février 1934, 1958 (à Alger), 1968, ou encore pour défendre l’« école libre » en 1984, la droite a souvent réussi à organiser des manifestations d’une ampleur exceptionnelle. Mais, pour de nombreuses raisons, ces manifestations ne ressemblent pas aux manifestations du mouvement ouvrier. Dans quelles mesures se distinguent-elles de celles de la gauche et s’intègrent-elles dans une culture de droite ? En spécialiste des mouvements sociaux, Danielle Tartakowsky s’est penchée sur un siècle de mobilisations de droite pour comprendre les cadres d’analyse et les logiques d’action qui leur sont spécifiques.

Danielle Tartakowsky est historienne. Elle a codirigé avec Michel Pigenet Histoire des mouvements sociaux en France. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Le pouvoir est dans la rue, et vient de publier Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence, de 1880 à nous jours, Cahiers Libres, La Découverte.

 

Mardi 11 février à 19 heures

au Lieu-Dit

6, rue Sorbier. Paris XXe (MMénilmontant ou Gambetta)

(Visited 117 times, 1 visits today)