Chargement Événements

« Tous les Événements

L’emboîtement des crises : politique, économie, écologie. Journée d’étude doctorale

4 octobre @ 9 h 00 min - 17 h 00 min

Navigation Événément

Depuis quelques années, le mot crise est partout : crise financière, crise de la construction européenne, crise des inégalités, de l’état providence et de la démocratie représentative, crise écologique, crise sécuritaire, crise des dettes publiques. Appréhender le caractère systémique de la crise qui touche les sociétés contemporaines nécessite d’aborder ses multiples dimensions dans le cadre d’une approche dialectique et relationnelle.

C’est l’objectif du colloque L’emboîtement des crises 2017 (5 et 6 octobre) et de sa journée d’étude doctorale (4 octobre 2017), qui auront lieu à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord (métro Front Populaire, ligne 12).

 

La conférence et la journée d’étude doctorale aborderont les trois dimensions majeures de la crise, politique, économique et écologique. Il s’agit d’abord de la crise politique qui, sur les plans national et européen, se manifeste, entre autres, comme une crise de la démocratie représentative et de la défiance populaire envers les élites dirigeantes. Cette crise serait-elle la conséquence de l’accroissement du fossé entre les élites et le peuple, ainsi que de l’essoufflement économique du système capitaliste qui ne parvient plus à satisfaire les besoins sociaux ? Ou bien s’agit-il plutôt d’une dé-légitimation marquant l’évolution vers des formes de sociabilité plus participatives entrant en contradiction frontale avec la démocratie représentative ?

Vient ensuite la crise économique, caractérisée par l’explosion financière de 2007 et la quasi-stagnation touchant les économies à haut revenu. Il s’agit ici de savoir si le capitalisme est plongé dans une crise de longue durée depuis la fin des régimes de prospérité économique d’après-guerre ou bien, si la première crise globale au 21e siècle marque l’entrée en crise des régimes issus du basculement des années 1970 et 1980 ? Cela pose, de plus, la question de ce que la crise économique contemporaine peut nous apprendre sur la nature du capitalisme.

Enfin, nous faisons face à une crise écologique inédite dans l’histoire. Il apparaît que la nature n’est plus en mesure de fournir le travail gratuit permettant la reproduction du capital via la fourniture et l’absorption des intrants et extrants environnementaux. La crise écologique sonne-t-elle alors le glas du système capitaliste ou celui-ci parviendra-t-il à muter vers un capitalisme vert compatible avec les limites écologiques de la planète ?

Penser les dimensions de la crise et leur articulation impose aussi de s’interroger sur ce que la crise nous enseigne concernant la production scientifique. La dualité épistémologique entre la science et la philosophie, d’une part, et les divisions par disciplines, d’autre part, nous permettent-elles encore de saisir les enjeux qui se posent aux sociétés contemporaines ? Ou bien faut-il, à l’instar d’Immanuel Wallerstein, s’efforcer de s’affranchir d’une multidisciplinarité en faveur d’une réunification des savoirs ? Dans quelle mesure l’apparition des nouveaux mouvements intellectuels depuis les années 60 a-t-elle réussi à transgresser les frontières disciplinaires ? Leurs outils analytiques permettent-ils de s’affranchir d’une vision néolibérale du monde contemporain ? Penser la crise du savoir conduit à penser les transformations des structures de savoirs, d’organisation du monde académique et du partage des savoirs.

La journée d’étude doctorale permettra de problématiser la crise sous différents angles – théorique, analytique et pratique. Elle s’articulera en trois moments principaux: le matin auront lieu trois interventions générales qui traiteront des questions suivantes:

– Qu’est-ce que les sciences sociales ont à dire sur la crise ? (Gérard Duménil) ;

– Qu’est-ce que les sciences naturelles ont à dire sur la crise ? (Georges Guille-Escuret);

– Qu’est-ce que la crise a à dire sur la production scientifique ? (Agnès Labrousse)

L’après-midi, un premier temps sera consacré à la présentation des travaux des doctorants puis un second temps d’échange permettra une élaboration collective qui sera présentée lors de la conférence le lendemain.

Nous invitons les doctorant-e-s de tous horizons disciplinaires à venir présenter leurs travaux entrant dans les problématiques énoncées ci-dessus et à soumettre des propositions de communication (3000 signes) avant le 25 juillet à l’adresse : emboitement.des.crises@gmail.com.

 

Organisateurs du colloque: Razmig Keucheyan (Université de Bordeaux), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen) et Cédric Durand (Université Paris-13).

Organisateurs de la journée d’étude doctorale: Ana Podvršič (Université Paris-13, Université de Ljubljana), Benjamin Burbaumer (Université Paris-13) et Louison Cahen-Fourot (Université Paris-13).

(Visited 176 times, 2 visits today)

Détails

Date :
<b> 4 </b> octobre
Heure :
9 h 00 min - 17 h 00 min

Lieu

MSH Paris-Nord
20 avenue Georges Sand
Saint-Denis, 93210 France
+ Google Map