Revue des livres : numéro 5 – mai 2012

La revue Contretemps est heureuse de pouvoir mettre à disposition de ses lecteurs·rices, dans les mois à venir, les archives complètes de la Revue des livres (RdL).

En 2011, l’équipe qui animait La Revue internationale des livres et des idées (RiLi) avait décidé de lancer, avec un collectif éditorial élargi, la Revue des Livres. Comme plusieurs de ses membres l’expliquaient dans l’éditorial du 1er numéro :

« Venus d’horizons politiques, sociaux et intellectuels variés, nous voulons ainsi créer, au carrefour des gauches critiques, une revue exigeante, en rupture avec le prêt-à-penser, la pensée rapide, et les anciennes certitudes ; une revue visant à diffuser et à discuter les pratiques politiques et les productions des différents champs de savoir les plus stimulantes, qui remettent en question les routines intellectuelles et les imaginaires sociaux et politiques établis ; une revue, surtout, qui ne s’adresse pas qu’à des spécialistes et des initiés, mais, autant que possible, une revue pour tous et une revue ouverte ». 

Nous remercions vivement Jérôme Vidal, directeur de publication de la RdL, de nous avoir accordé l’autorisation de cette re-publication, qui permettra à certain·es de relire les articles d’une revue qui a compté dans la reconstruction intellectuelle de la gauche en France, et à d’autres de la découvrir. 

■ Daniel Zamora et Nic Görtz, Être radical. Réflexions made in USA pour radicaux pragmatiques

– à propos de Saul Alinsky, Être radical. Manuel pragmatique pour radicaux réalistes

■ Timothy Mitchell, De la démocratie du charbon à la pétrocratie. Entretien 

■ Roberto Nigro, L’insubordination radicale de l’Autonomie italienne

– à propos de Marcello Tarì, Autonomie ! Italie, les années 1970

■ Daniele Comberiati, Les représentations culturelles des années de plomb en italie

– à propos de Demetrio Paolin, Una tragedia negata. Il racconto degli anni di piombo nella narrativa italiana, et de Massimo Carlotto, Arrivederci amore, ciao

■ Anne Clerval, Gentrification et droit à la ville. La lutte des classes dans l’espace urbain Entretien

■ Najate Zouggari, Les « Hammertown boys » de Paul Willis : de la culture (anti-)scolaire à la culture d’atelier

– à propos de Paul Willis, L’École des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers

■ Nicolas Hatzfeld, Lire E. P. Thompson. Retour sur la formation de la classe ouvrière à l’heure de sa (prétendue) disparition

– à propos de Edward P. Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise

■ Clémence Garrot, Pas de justice, pas de paix

– à propos de Natacha Filippi, Brûler les prisons de l’apartheid. Révoltes de prisonniers en Afrique du Sud 

■ Houria Bouteldja, Mohamed Merah et moi

■ Matthieu Renault,  Savoirs en dispersion : la domestication indienne de la psychanalyse

– à propos de Livio Boni (dir.), L’Inde de la psychanalyse. Le sous-continent de l’Inconscient, et de Ashis Nandy, The Savage Freud and Other Essays on Possible and Retrievable Selves

 

Le portrait

■ Marc Saint-Upéry, Le traditionalisme critique d’Ashis Nandy

 

Géographie de la critique

■ Daniel Suri, Les naxalites : la plus grande des guérillas dans la plus grande des démocraties

 

Le point sur

■ Xavier Vigna, Malmenées, vivantes et nécessaires : les études ouvrières en France

 

Expérimentations politiques

■ Mikaël Chambru, Valognes Stop Castor, continuité ou rupture des pratiques militantes antinucléaires ?

 

Iconographie

The Youth for a Country, un reportage de Malik Nejmi