Daniel Bensaïd est mort le mardi 12 Janvier 2010. Intellectuel et militant, c’était le fondateur et un animateur inlassable de la revue Contretemps. Auteur de nombreux ouvrages et articles dont Marx l’intempestif (Fayard, 1995), il a contribué à faire vivre l’héritage de Marx et Engels à rebours des orthodoxies d’État ou de Parti.

Lancé en 2001, le projet initial de Contretemps visait à s’inscrire dans la dynamique de renouvellement des mouvements sociaux en tissant des liens entre engagement militant et recherches universitaires ; entre la génération formée dans l’effervescence des années 1970 et la nouvelle formée dans le contexte de la contre-réforme libérale ; entre les controverses nationales et les recherches internationales ; entre les marxismes et les sociologies critiques.

Après vingt-deuxnuméros thématiques parus entre 2001 et 2008 et dont l’intégralité sera prochainement disponible en ligne, un nouveau dispositif articulant revue papier et publication web a été lancé à l’automne 2008 (video : Daniel Bensaïd présente le projet contretemps) à l’occasion de la fusion avec la revue théorique de la LCR, Critique Communiste. Fidèle à l’exigence de penser le monde comme totalité pour le changer, cette revue était conçue comme un outil de réflexion visant à donner un contenu à l’anticapitalisme. Pour Daniel, ce fut un moment de passage. Soucieux de préserver l’interaction féconde entre les développements de l’analyse critique et l’action politique, il s’agissait pour lui de soutenir l’émergence d’une nouvelle équipe d’animation aujourd’hui à pied d’oeuvre.

La disparition de Daniel nous attriste profondément. Il s’agit d’une perte considérable pour la revue, pour les marxismes et, plus largement, pour les pensées critiques.

Nous vous proposons de relire trois articles récemment écrits par Daniel. Le premier, Puissances du communisme, a été publié dans le n°4 de la revue papier, en vue des rencontres organisées les 22 et 23 janvier prochain à l’université Paris 8. Le second, « Keynes et après ? », est consacré au retour de Keynes et lui offre l’occasion de revenir sur l’étonnant exercice de politique fiction auquel se livre Trotski à propos de ce que pourrait être le communisme aux Etats-Unis. Le troisième, « terreur et violence », retrace les débats sur la violence révolutionnaire et sur le "terrorisme" dans l’histoire du mouvement ouvrier.

Vous pouvez également télécharger ici la première partie de la préface de Daniel Bensaïd au texte de Marx sur les crises publié par les éditions Demopolis, lire le chapitre "Un plan d’urgence face à la crise" du livre d’Olivier Besancenot et de Daniel Bensaïd, Prenons Parti publié par Les éditions Mille et une nuits ou encore lire en ligne l’ouvrage publié avec Charb Marx mode d’emploi.