Période vous invite à une rencontre-débat le jeudi 12 juin à 18h à l’EHESS (salle 5, 2e étage), 105 boulevard Raspail, 75006 Paris,

?M°: Notre-Dame-des-champs, Saint-Placide.

Le Parti socialiste américain n’a « rien à offrir de spécifique au Noir », déclarait l’illustre Eugene Debs en 1903, père fondateur de la gauche révolutionnaire et syndicaliste aux États-Unis. Cette phrase devenue célèbre fut-elle le dernier mot de la gauche nord-américaine face au régime ségrégationniste et au système raciste ?

Paul Heideman, chercheur en études américaines à l’Université de l’État du New Jersey et militant de la gauche radicale étatsunienne, trace une autre histoire de cette gauche, en montrant la rupture inaugurée par la fondation du Parti communiste aux États-Unis. La race y est devenue (au moins pour les quelques décennies qui ont suivi) une priorité stratégique, une tâche âprement débattue ; l’autodétermination de la nation noire devient même une revendication du jeune Parti communiste. Comment expliquer ce changement brutal, cette conversion d’une partie de la gauche étatsunienne à la fameuse « question noire » ?

Paul Heideman reviendra sur cette trajectoire, pour mieux la comprendre et saisir sa pertinence dans la politique d’émancipation, près d’un siècle plus tard.

Retrouvez également l’événement sur facebook et sur http://revueperiode.net/black-communism-rencontre-debat-avec-paul-heideman/

(Visited 121 times, 1 visits today)