Centre international de culture populaire (CICP), 21 ter, rue Voltaire, Métro Rue-des-Boulets ou Nation.

 

Quand les classes populaires s’engagent et militent : de l’action syndicale à l’émancipation ?

Débat avec Julian Mischi autour de son dernier livre, organisé par l’association « Pour l’émancipation ».

La mobilisation multiforme en cours contre la loi travail et son monde s’appuie sur des engagements militants qui prennent des formes nouvelles. Loin des certitudes en un futur socialiste radieux, loin de l’adhésion spontanée aux projets portés par tel ou tel parti politique, le mouvement actuel s’appuie sur un refus radical de l’autoritarisme néolibéral et des plans d’ajustement structurel que veulent nous imposer Hollande, Valls, Macron et Gattaz.

Dans ces évolutions, l’engagement syndical et la mobilisation sur les lieux de travail demeurent importants, comme l’illustrent à la fois les grèves de ces dernières semaines dans différents secteurs (SNCF, raffineries, centrales nucléaires, Poste, etc.), et le soutien qu’elles ont obtenu dans la population. Ces mobilisations ont également le mérite de montrer qu’une partie au moins des classes populaires continue à militer pour ses propres intérêts.

Cette persistance ne signifie pas que le syndicalisme est resté inchangé. Le combat syndical a dû s’adapter à un contexte nouveau structuré par les politiques néolibérales, caractérisé par les réorganisations managériales, la sous-traitance en cascade, la précarisation, et plus largement les transformations du prolétariat (féminisation, tertiarisation, etc.). Quel sens prend aujourd’hui l’engagement syndical ? Quel rôle peut-il jouer dans la reconstruction d’une perspective émancipatrice dans et pour les classes populaires ?

Pour aborder ces questions, « Pour l’émancipation » vous invite à assister et à participer à l’échange entre un sociologue des classes populaires et de l’engagement syndical, Julien Mischi, et deux militant•e•s ayant des expériences syndicales très variées (hôpitaux, centres d’appel, transport aérien et finances). Julian Mischi vient de publier Le bourg et l’atelier qui, à partir d’une enquête de long cours, décrit le travail quotidien de syndicalistes ouvriers dans un atelier SNCF et leur donne la parole.

Avec :

– Julian Mischi, sociologue, auteur de Le bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical (Agone, 2016) et de Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970 (Agone, 2014)

– Sandra Demarcq, militante syndicale

– Léon Crémieux, militant syndical

 

(Visited 185 times, 1 visits today)