« La femme en islam », son « statut » font l’objet d’une réquisition permanente – et des plus fallacieuses – pour servir l’agenda raciste et impérial, sur le territoire national comme à l’échelle internationale.


L’argument de l’émancipation et de la libération des femmes musulmanes a joué un rôle central durant la colonisation : un féminisme colonial a largement pris à son compte la « mission civilisatrice » à l’œuvre dans les colonies, coude à coude avec les autorités militaires et impériales. Les termes de la « bataille du voile » décrite par Edward Saïd et Frantz Fanon résonnent aujourd’hui comme un terrible écho.

De nos jours, on assiste en effet à un véritable acharnement médiatique, politique et législatif à l’encontre des femmes musulmanes qui servent de faire-valoir aux offensives les plus sécuritaires, les plus sexistes et les plus racistes – et ce à leurs corps défendant et contre leurs droits les plus fondamentaux.

La rhétorique à l’œuvre au cœur de cette vaste opération développe une opposition systématique entre les luttes contre les oppressions sexuelles ou de genre et les luttes antiracistes/anti-impérialistes. Nos luttes sont envisagées au mieux comme concurrentes, au pire comme inconciliables. C’est ainsi, notamment, que les campagnes islamophobes se nourrissent d’une opposition trompeuse entre mouvements émancipateurs et pratiques religieuses.

Dès lors, féminisme et islam sont entendus comme incompatibles. Or, le(s) féminisme(s) islamique(s) existe(nt) bel et bien : partout dans le monde, des intellectuelles, des chercheuses et des militantes s’engagent dans une démarche féministe à l’intérieur du cadre religieux musulman – et cela ne date pas d’aujourd’hui.

Zahra Ali, par son expérience et son travail de recherche, propose de décoloniser et de subvertir le féminisme hégémonique à partir du corpus et des pratiques des féminismes islamiques.
 
Zahra Ali est engagée depuis de nombreuses années au sein de dynamiques musulmanes, féministes et antiracistes. Elle est actuellement doctorante en sociologie à l’EHESS et à l’IFPO.
 
Le samedi 9 juin 2012 de 16h à 18h
 
La Maison des Associations du 18e
(salles « Beaux Murs » et « Bon Puits »)
15, passage Ramey – 75018 Paris
 
Accès métro : station Jules Joffrin ou Marcadet-Poissonniers – ligne 4 (sortie Boulevard Barbès)
Accès bus : 60, 31 ou 85, arrêts Jules Joffrin ou Marcadet-Poissonnniers 
(Visited 181 times, 1 visits today)