Lire hors-ligne :

La Colombie a longtemps constitué le principal allié des États-Unis en Amérique latine, avec une bourgeoisie particulièrement violente et conservatrice, rétive à toute concession. L’arrivée à la présidence de la République de Gustavo Petro, premier candidat de gauche à obtenir un tel mandat dans le pays, est un événement qui mérite d’être analysé à la mesure de son caractère historique. L’élection de Francia Márquez, militante féministe afro-colombienne, ancienne employée domestique, à la vice-présidence constitue une autre rupture majeure dans l’Histoire de la Colombie.

Cette campagne présidentielle s’est déroulée dans un climat lourd de menaces pour les dirigeants de la gauche et faisait suite à de profonds mouvements sociaux contre une réforme fiscale régressive à l’automne 2019, contre les violences policières en septembre 2020 et enfin contre une nouvelle réforme fiscale au printemps 2021. Ce dossier propose une pluralité d’analyses sur ce pays où un processus d’émancipation est enfin à l’ordre du jour. 

***

Colombie : Petro-Márquez, la bataille n’est pas encore gagnée malgré le triomphe électoral, par 

Colombie : un puissant signal d’espoir envoyé au monde, par Tamara Ospina Posse

Gustavo Petro, Francia Márquez et l’espoir en Colombie, par Boaventura de Sousa Santos

Colombie : l’irruption politique de Francia Márquez et la nécessité d’un Parti Noir, par Marino Canizales Palta

Bilan des élections colombiennes : symptômes d’un coup d’État à venir, par Nathan Brullemans

Colombie : le candidat de gauche à la présidence face aux menaces de la droite, par Nadja Sieniawski

Colombie : des blocages aux assemblées populaires, le nouveau visage de la mobilisation, par David Zana

Vers l’émergence d’un bloc national-populaire en Colombie ?, par Diego Isaac Alvarez Beltran

La Colombie et les signes d’une crise organique, par Santiago Alarcon Zapata

La Colombie en flammes : la fin du néolibéralisme sera violente, par Boaventura de Sousa Santos 

Lire hors-ligne :